• Ce serait très vraisemblablement de l'idée des cordes d'instruments de musique que l'on pince pour accompagner un chant, une danse et vibrer de sensations que, dans le Paris populaire de la fin du 19ème siècle, est née l'évocation du pincement au cœur provoqué par l'amour, pour toutes les vibrations qu'il provoque en nous...
    Mais, Pincer, c'est, dans la tradition culinaire, faire caraméliser les sucs d'une viande. C'est aussi, dans la tradition horticole, couper une tige pour mieux étoffer la plante.
    Aucun ouvrage n'atteste ces filiations pour notre expression... Et pourtant ! En amour, n'est-il pas question de gourmandise et de belles plantes ?

    12 commentaires

  • Casser du sucre sur le dos de quelqu'un...ce n'est pas très gentil!(signification :Critiquer une personne en son absence.)


    Cette expression semble dater de 1868. Le verbe "casser" montre bien la notion de destruction, physique ou orale, d'une personne ou d'une chose. En argot, "sucrer" signifiait à cette époque "maltraiter". On disait également dès le XVIIe siècle "se sucrer de quelqu'un", pour "le prendre pour un idiot". "Casser du sucre" revient donc à "dire des ragots". Quant à la notion de "dos", elle symbolise la responsabilité d'une personne.


    23 commentaires

  • Et vous, les pêcheurs zen, ne vous êtes-vous jamais installés sur des rives paisibles avec cannes et vermisseaux pour taquiner le goujon ? Immuablement, l'eau envahit les rias et les fjords tant vantés par les tour-opérateurs. Elle alimente les noues, anime les marées de vive-eau, draine les alluvions abandonnées. Sur notre planète terraquée, les fagnes, les bayous et les lochs rappellent sa présence. L'aiguail matinal comme les averses mêlées de grésil réjouissent grenouilles et cagouilles. Jadis, dans des jarres ocre, des amphores brun-rouge ou des alcarazas pansus, des porteurs livraient ce précieux trésor. Demain, les mesures antipollution et les poètes de l'eau vive sauveront-ils ce joyau de la plus belle eau ?
    ------
    proverbe correcteur: après la canicule , la pluie

    4 commentaires

  • COUILLON
    (kou-llon, ll mouillées) s. m.


    Terme de marine qui n'est guère usité que dans la Méditerranée. Petit tapon d'étoupe placé dans une poche que l'on fait faire à une voile, de manière à former une espèce de bouton auquel on amarre du bitord pour tendre la voile.
    Dit par assimilation avec un mot obscène, couillon, couille, qui vient du latin coleus, en grec, testicule.

    3 commentaires

  • Testis unus, testis nullus : on ne va pas bien loin avec une seule couille.
    [Pierre Desproges

    1 commentaire