• Je bivouaque au pays de Cocagne

    Une rue sans joie où les sbires
    Tout seuls ne s'aventurent pas,
    Un coupe-gorge et même pire,
    La venelle où traînaient mes pas !
    Mais j'avais mangé du poète,
    Je marchais un peu sur la tête,
    Et cett' rue je l'ai traversée
    Comm' l'avenue des Champs-Élysées.
    '=(extrait, la suite sur paroles.net)

    9 commentaires


  • Un pays de Cocagne
    Pays imaginaire dans lequel on mène une vie de luxe, de plaisir et d'abondance. Cocagne désigne la chance dans les régions méridionales.
    La cocagne est une friandise que l'on attrape au sommet du mât de cocagne lors des foires des pays du nord.
    On retrouve aussi le nom de cocagne dans une chanson du XIIIe siècle, Aymeri de Narbonne, ou le roi de cocagne désignait un veinard.
    Son origine vient de la région de Toulouse et du Lauragais. La cocanha était au Moyen Age, une boule de feuilles séchées de pastel, qui se vendaient à prix d'or dans tout le monde civilisé, et qui servait de base tinctotale pour a coloration des tissus. C'était à l'époque la seule teinture durable, et elle a fait l'immense fortune de cette région (Toulouse était d'ailleurs gérée à cette époque par des bourgeois, les Capitouls, l'enjeu économique étant énorme). C'est marco polo qui a 'tué' ce pays de cocagne en ramenant l'indigo de Chine. (Origine fournie par Jacques Broca)


    votre commentaire

  • Voici le texte concocté par Bernard Pivot
    BERNARD PIVOT. " II s'agissait d'une dictée difficile, d'un niveau qui n'a probablement jamais été aussi élevé. "

    Les 187 finalistes des Dicos d'or 2004 ont planché sur la dictée suivante, élaborée par Bernard Pivot et révisée par un jury national :

    Les bienfaits de la gymnastique
    On ne peut donner les sumos en exemple. Ces poussahs maous (1) paraissent nourris de plus de saindoux que de sushis (2). (La liposuccion d'un sumo, quel boulot !) Nous leur préférons les athlètes affûtés, à la silhouette fusiforme, au ventre plat, aux muscles saillants. Ils se sont donné bien du mal et ils se sont même condamnés à l'ascèse (l'ascète au beurre est un vieux calembour et une antinomie) pour obtenir ces corps de rêve. Ils fuient les amateurs de bonne chère, les abonnés aux agapes fournies, aux gueuletons. aux mâchons, aux excès des carêmes-prenants. Ils ne lésinent sur aucuns frais d'entretien. de raffermissement et de rajeunissement de leur capital de chair et d'os.

    (FIN CADETS ET JUNIORS)

    Pour nous, gens lambda qui aimons saucer. la gymnastique est une activité recommandée. Adeptes du cheval d'arçons (3) et de la corde à noeuds, nous ne serons cependant jamais les alter ego des culturistes. Nous ne prétendons pas non plus être capables de réussir le schibbolet...
    Excellentes pour la peau, les sudations sur le tatami ou sur le trampoline ! Nous éviterons ainsi les acnés inattendues, les urticaires inopinées, les érythèmes spontanés. Finies, les mines pâlottes, les bouillottes. les marmottes ! Du sang ! Du souffle ! Rangés, les écharpes effrangées de tussah. les manteaux en breitschwanz. Peu nous chaut la soie thermogène ! Tonifié, musclé par les exercices, le corps exulte.
    Mais il faut que nous appréciions nos efforts, sinon gare aux claquages, aux synovites, aux douleurs aiguës du bâti rudoyé. À chacun son rythme. Ne mêlons pas nos pompes aux oeuvres des acrobates.

    (FIN SENIORS)

    (1) ou mahous (avec un h)
    (2) Ou sushi (sans s)
    (3) Ou cheval-d'arçons (avec un trait d'union).

    votre commentaire